Alexandre Daum, fait le point sur sa saison et sa passion « J’adore les conditions difficiles où il faut serrer les dents »

Alexandre Daum s’est passionné pour le trail en 2002.

Alexandre Daum s’est passionné pour le trail en 2002.

 

Installé à Sainte-Foy-Tarenaise depuis 2008, Alexandre Daum, 32 ans, est agent technique ONF (office national des forêts). Grand sportif, il est passionné par le trail depuis 2002. C’est bien simple, il ne cesse de courir. Depuis 2006, il officie même au niveau national.

Cette année il a réalisé de très bons résultats notamment une 3 e place au Trail blanc de Serre Chevalier (05), une victoire au Wintertrail Raidlight (42), une 2 e place au trail des Cabornis (69) ou encore une troisième place au trail du Vercors (38), en relais mixte avec Aurélie son épouse. Rencontre.

Quels sont vos meilleurs moments cette saison ?

« Peut-être le tour des glaciers de la Vanoise en juillet dernier. Il y avait un bon niveau de coureurs et nous avons tous fait une belle course avec un beau parcours. Ma victoire en Italie (Xtrail Cervinia, ndlr), est aussi un grand moment malgré la météo très mauvaise. Mais j’adore les conditions difficiles où il faut serrer les dents.

Ma deuxième place au Gap’en cime, derrière Emmanuel Gault (team Asics) est aussi un bon souvenir. Ça a été une belle course que j’ai faite avec Marc Maroud du même club que moi.

À l’inverse, quels sont vos pires moments ?

Au mois de mai, lors de la course au Nivolet Revard (73) j’ai fait une grosse hypoglycémie à mi parcours, qui m’a fait perdre le top 10 d’une course les plus relevés des Alpes.

Quels sont vos terrains d’entrainement favoris ?

J’aime courir principalement à Sainte-Foy, dans le vallon de Mercuel, la Sassière, la Louïe Blanche et tous les sommets autour du hameau du Miroir.

Avez-vous une alimentation adaptée avant de courir autant de kilomètres dans une seule journée ?

« Oui, c’est un sport très exigeant. Il faut vraiment avoir une hygiène de vie très saine pour être au mieux de sa forme lorsque l’on cours en montagne en moyenne 6 à 8 heures. Boire un verre de vin doit donc rester très exceptionnel.

Quelles sont vos prochaines courses ?

À la mi-novembre, je séjournerai dans les Vosges pour m’entraîner pour des petits trail de petites distances d’environ 25 kilomètres et pour rester en forme. Ensuite le 17 décembre prochain je participerai à un trail aux Saisies et en janvier à Serre Chevalier. »

Céline Pilati

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

css.php