Quand Ulysse Bozonnet racontait « Le Miroir », son village natal Savoyard.

photo ulysse avec enfantsPendant de nombreuses années, les enfants de l’école (Jeanne d’Arc située à Vitre (35) , sont venus régulièrement visiter le village du Miroir à Ste Foy Tarentaise. Chaque année, ils étaient accueillis par Ulysse Bozonnet.
D’abord, Ulysse se présentait : né en 1922, parlant le patois et le Français, débute le ski dès l’âge de 4ans, puis sa première compétition à 8ans, puis les jeux olympiques en 1948 en Suisse, sous les couleurs de l’équipe de France militaire en combiné nordique (ski de fond et saut en tremplin). Ulysse est agriculteur, il sera résistant avec Ulysse Paganon durant la seconde guerre mondiale. Puis les enfants écoutaient l’histoire de ce village, racontait par un « vrai Santaférain », né dans ce village qu’il aime tant. Durant la période glacière, le miroir n’existait pas. Les glaciers descendaient jusqu’en vallée lyonnaise. Ce village a été construit vers 1610 par les Sardes (habitants de l’île italienne).
En 1630, la peste a tué près des deux tiers de la population de ce hameau. En 1789 la révolution éclate et le hameau prénommé jusque là « Mûroir » devient « Miroir ». L’armée Napoléonienne le traversa pour se rendre en Italie. Un commandant y laissant même la vie, près d’une grosse pierre, située près du lieudit « des granges »à l’Est du Village, appelée par la suite « pierre du commandant ». Les familles étaient nombreuses, cet ainsi que les enfants âgés de 8 à12 ans, devenaient ramoneurs, au bonnet rouge, de Paris, en Belgique en passant par la Bourgogne. Le film « les hirondelles d’hiver » tourné au Miroir, en hiver 1998, le raconte si bien. Il explique, les rues étroites, pour se protéger du vent glacial, et des chutes de neige des toits. Les maisons étaient aménagées de façon réfléchie, au rez-de-chaussée l’étable, au 1er étage deux pièces d’habitation, puis au dessus le foin pour bien isoler du froid.
Le 4 juin 1877, éboulement de la Molluire, située à l’est du Miroir détériore quelques maisons et le pont situé entre le Miroir et La Mazure. En 1901, ce petit hameau comptait 400 habitants, et début 2000 ce chiffre était réduit à une trentaine. En 1939, l’Italie déclare la guerre à la France, les habitants évacués tout d’abord à pied jusqu’à Landry, ensuite en train sous les bombardements jusqu’en Haute Loire. Au cours de cette campagne, une partie ouest du village à brûlé, sous les bombardements des pièces d’artilleries tirés depuis Villaroger.
Ulysse termine chaque visite en mettant en garde les enfants sur leur vie future  » je mange ce que je cultive, je fais mon pain moi-même et je n’ai jamais fumé et je pense que c’est un des secrets de ma forme! »

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

css.php