Terre de cinéma 3

Terre de cinéma 3

 

Terre de cinéma 3

Amusé et étonné, Marcel Eustache se souvient du tournage

  La fruitière miroir-mazure, lieu de tournage de plusieurs film dont “Miroir 2000”. En médaillon Marceil Eustache, qui se souvient du tournage du feuilleton “Miroir 2000” dans la scierie familiale.                     

Vendredi, à Saint-Martin de Belleville, une soirée a lancé la sortie de deux DVD, “Les Sesterain, ou le Miroir 2000”, tirés d’une série télé qui racontait la création d’une station de ski dans un village savoyard, dans les années 60/70.

À Sainte-Foy-Tarentaise, en 1969, le réalisateur François Villiers tourna un feuilleton de 13 épisodes. Au fil des épisodes on découvre la famille Sesterain, et le projet ambitieux de construire une station de ski, dans le hameau appelé “Le Miroir”.

40 ans après sa diffusion, certains se souvienent de leur participation au tournage. Les images montrant la difficulté de vivre en montagne, étaient bien réelles. Beaucoup d’enfants du pays sont réellement allés à Chambéry pour poursuivre leurs études.

Marcel Eustache, originaire de Sainte-Foy-Tarentaise, retraité aujourd’hui, se rappelle du tournage dans la scierie familiale. « Ils sont venus un beau matin à la scierie en disant qu’ils voulaient tourner dans ces lieux. Je crois que c’était en 1969. Ils sont restés 15 jours. À l’époque, le film ne devait pas s’appelait “Miroir 2000”, mais plutôt “la station de Sainte-Foy”. Mr Recordon, maire de l’époque, en parlait déjà, de créer une station de ski à Sainte-Foy, mais sur le plateau de la Sassière, pas là où elle se trouve aujourd’hui. Pour le tournage, je leur ai fourni du matériel, le moulin et la machine à café, très vieux modèle. D’ailleurs ils les ont emportés à la fin du tournage, ils ont dit que ça leur servirait pour d’autres tournages ! Ils prenaient leur casse-croûte à la scierie. C’était un bazar ! Il fallait rester avec eux ! Je me souviens de celui qui jouait le patron de la scierie. Il était gentil. Puis, dès que ça se mettait à tourner, il devenait très méchant. Il rentrait dans son personnage. Il avait une humeur alors abominable. Notre travail était perturbé. Il fallait sans cesse ranger et organiser comme ils voulaient. À l’époque, il y avait deux ou trois bonhommes qui travaillait avec nous. Là ils ne pouvaient plus travailler, je devais rester seul avec eux ! Un jour, Raymond Bimet, qui n’était pas encore maire, mais chef d’entreprise, voulait absolument du bois pour un chantier, mais nous n’avons pas pu lui en fournir. C’était impossible. Il était en colère. L’équipe du tournage était très méticuleuse. Le décor devait être parfait. Il fallait tout remuer pour déplacer une pile de bois, et le lendemain tout remettre en place, comme la veille. Il y a des jours, ils ne tournaient pas, mais ils passaient la journée avec moi. Ils étaient gentils, on rigolait aussi beaucoup, j’en garde un bon souvenir. »

Jeudi 1 er décembre, salle polyvalente de Planjo, à 20 h 30, soirée spéciale “Miroir 2000” : un épisode sera diffusé. Élus et figurants

seront au rendez-vous

Céline Pilati

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

css.php