Villaroger fêtera ses 30 ans

Villaroger fêtera ses 30 ans

Villaroger fêtera ses 30 ans     implantation-du-premier-telesiege-celui-du-replat-au-hameau-du-pre-en-1982

a-noel-1982-le-telesiege-du-replat-est-inaugure-par-la-municipalite-d-henri-begean-mais-dix-ans-avant-la-creation-du-domaine-les-skieurs-pratiquaient-deja-l-itineraire-hors-piste-du-grand-col-depuis-le-domaine-des-arcs    title

 

 

Ça fait 30 ans que ça dure. À Noël 1982, l’inauguration du télésiège du Replat a lancé Villaroger dans la cour des grandes stations de ski.

Plus tard, Robert Blanc, l’un des fondateurs de la station des Arcs, dira à René Mousselard, élu de la petite commune de 1977 à 1983, “Tu vois, René, c’est le plus beau hors-piste du coin ! Sans Villaroger, les Arcs ne valent rien !”.

Mais tout a débuté en 1974, avec la création de l’Association pour le développement de Villaroger (ADVI). Comme le souligne René Mousselard, « nous étions quelques personnes à avoir cogité sur l’avenir de la commune dans le ski, sans parler des Arcs à l’époque. L’idée, c’était de créer une liste pour les élections municipales avec un projet touristique qui permettrait de créer des emplois sur place, pour que les jeunes restent au pays. En 1977, Henri Bégean fut élu maire et, avec son conseil municipal, dont je faisais partie, il a monté le projet de construction des remontées mécaniques. Mais seuls et sans appui, cela fut une vraie bataille administrative ».

Du côté des Arcs, grâce à Roger Godino, le financier, la Société des montagnes de l’Arc (SMA, aujourd’hui ADS) est d’accord pour investir dans les remontées mécaniques, mais demandait à ce que des lits soient construits par la station. Aujourd’hui, la station en compte près de 300, mais à l’époque, il n’y en avait aucun. La création de trois gîtes au chef-lieu rassure la compagnie exploitante du domaine de Arcs, ainsi que la présence d’un restaurant sur Villaroger, bientôt rejoints par deux autres. Pour René Mousselard, « c’était logique qu’on s’accroche aux Arcs. Cela aurait été dommage de ne pas profiter d’un domaine skiable juste derrière chez nous. De l’autre côté de la montagne, nous avions affaire à des personnes que nous connaissions tous : Robert Blanc et Yvon Blanc, qui avaient participé à la création des Arcs. »

En 1977, en petite délégation, ils vont à Paris pour défendre le projet, soutenus par le conseil général et Michel Rocard, alors… Puis, celui-ci avance doucement, les élus résolvant les problèmes à mesure qu’ils surviennent.

Les paravalanches situés au-dessus des Lanchettes sont construits et les négociations avec les écologistes mènent à la création de la réserve naturelle nationale des Hauts de Villaroger. Une route d’accès au lieu-dit Le Pré est aussi réalisée. Quand doit être amenée la grande couronne de la première gare de télésiège, un escalier en béton doit être démonté pour lui permettre de passer par le hameau du Pré. Sans oublier le dossier UTN et le dossier foncier qui nécéssitèrent de la patience bien que tous les propriétaires de terrains aient tous dit “oui”. La municipalité achète de gros engins de déneigement et signe un protocole d’exploitation avec la SMA. Depuis, la société exploitante des Arcs gère toujours le domaine skiable ainsi que l’ensemble du personnel.

Villaroger n’est pour certains qu’une liaison avec les Arcs. Pourtant, la création de son domaine est aussi une histoire purement locale, portée dès 1974, notamment par René Mousselard, élu villarogien. Demain, la petite station fêtera les 30 ans de ses installations. L’occasion de remonter le temps sur écran géant, en présence des élus et des pionniers de l’époque. Mais aussi de dire que cette histoire a de l’avenir alors qu’un projet de 650 lits est en cours d’élaboration.

Demain aura lieu à Villaroger une animation spéciale pour les 30 ans des remontées mécaniques. Le syndicat d’initiative ne pouvait pas passer à côté d’une telle occasion.

Dès 19 heures, une descente aux flambeaux depuis l’Aiguille rouge sera visible depuis le télésiège du Replat, sur le front de neige du hameau du Pré. Employés des remontées mécaniques, écoles de ski des Arcs ou clubs des sports des Arcs, de Villaroger et de Sainte-Foy-Tarentaise ont été invités à y participer. .

Ensuite une vidéo sera projetée pour se remémorer, sur écran géant, la naissance des remontées mécaniques, en présence des élus et des pionniers de l’époque. Longue et difficile, elle fut faite bataille administrative. Mais aussi, sur le terrain, de défrichage et d’aménagement avec la création de la piste de Soliet à coup de tronçonneuse par exemple.

Vin chaud, soupe à l’oignon distribués gratuitement seront suivis d’un feu d’artifice, toujours sur le front de neige. Enfin, un gâteau d’anniversaire géant sera partagé.

neuf étapes pour un domaine

1977 : le projet de domaine existe sur le papier.

– 1978 : l’ancienne fruitière, rénovée, accueille le syndicat d’initiative.

– 1980 : création de la route d’accès au hameau du Pré. Déplacement des lignes EDF de Viclaire à Arc 2000 pour pouvoir aménager les pistes.

– 1980 : une navette communale ramasse les skieurs dans les hameaux et les transporte jusqu’à l’ancien téléphérique de Bourg-Saint-Maurice.

– 1981 : création de la piste “Retour” qui descend de Pré-Saint-Esprit aux Arcs.

– Noël 1982 : inauguration télésiège du Replat au hameau du Pré.

– Janvier 1983 : construction du télésiège Plan des violettes qui fait la liaison avec les Arcs.

– 1985 : création du club des sports (association sportive de Villaroger).

– 2013 : des travaux sont prévus autour de la neige de culture, avec l’installation d’une canalisation de Pré-Saint-Esprit à Solliet. Ainsi que des travaux électriques en souterrain depuis Viclaire. Un projet de 650 ou 700 lits au hameau du Pré est également en cours.

 

Céline Pilati.

 

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

css.php