Jean-Claude Matthey, comédien

 

jean claude matthey    DSC01747    jean-claude Matthey    jean-claude Matthey    jean-claude Matthey

Jean-Claude Mattey, 68ans , les yeux marrons est comédien et mannequin domicilié à Paris.

Cette nouvelle vie qu’il a embrassée depuis 2007, aujourd’hui le satisfait pleinement. Avant, loin des plateaux de cinéma et loin des projecteurs, il était dans le commerce avec diverses fonctions.

Jusqu’au jour, où il décida de vivre son rêve. Il vit aujourd’hui de sa passion,  il multiplie les castings,  il participe à de nombreux tournages, ou « shooting » costumes ou époque différentes,  il est avocat, prêtre ou policier, tout lui va, car comme on dit dans ce métier il a « un gueule ». il se dit motivé comme à ses vingt ans. Il aime la vie, et la vie lui rend bien. Outre le cinéma, il aime le théâtre et l’écriture.

Céline P : « Vous avez débuté votre carrière finalement assez tard,  pourquoi ? »

Jean-Claude M. «  A l’âge de 14 ans,  j’ai commencé comme peintre en bâtiment jusqu’au BEPC puis à 17 ans,  je me suis remis en cause car je voulais faire du « fric», je venais de perdre mon père donc il fallait que je m’assume. Ma solution était le commerce, je n’avais pas de diplôme. Alors j’ai commencé à taper aux portes.  je suis devenu  représentant en tant que VRP, directeur commercial et commerçant  pendant plus de 40 ans, laissant de côté « mon rêve artistique » certainement parce que je n’ai pas eu de rencontre dans ce domaine,  où autour de moi,  il n’y avait personne qui m’en parlait ou qui était intéressé, même pour moi ce n’était pas réel.

 

Céline P. « D’où est venue finalement  cette motivation,  à vous lancer dans ce métier ? »

Jean-Claude M. «  Je n’y croyais plus et un jour, je venais juste de prendre ma retraite, j’ai lu une chose qui m’a réveillé ça disait ceci : « il y a une règle pour vivre heureux, soyez capable de faire l’expérience de n’importe quoi. » Alors je me suis mis devant mon ordi et à l’aide d’internet j’ai tapé : « comment devenir figurant ? », je suis tombé sur un livre en ligne que j’ai acheté, je l’ai lu et je l’ai appliqué et c’est parti comme ça…»

 

Céline P. : « Vous dites un rêve ! Pouvez-vous préciser ?»

Jean-Claude M. « Un rêve , tout à fait ou  quand on regarde un film on s’identifie et on y met des si… et des si… je me suis vu un jour rentrant du cinéma à l’âge de 8 ans, après avoir vu un film de cape et d’épée, devant ma glace dans ma chambre, jouer et interpréter pendant des heures le rôle du chevalier. C’était merveilleux ! »

 

Céline P. « Donc depuis 2007, vous réalisez  votre rêve d’enfant ?

Jean-Claude M.  « Bercé par les westerns, les cowboys et les indiens, c’était quelque chose… Ensuite Raimu, Jouvet, Gabin en tandem avec Audiard, G. Philippe, P. Frenay etc. pour ne citer que ceux là, ils sont toujours présent dans  mon esprit, mais je vais vous faire une confidence à l’âge de 6 ans,  j’ai été en colonie de vacances où pour la première fois je suis monté sur scène en groupe pour interpréter un petit sketch qu’on avait appris avec notre monitrice et j’avais ressentit une émotion particulière ce jour là. Je me suis dit dans ma petite tête :  » c’est ça que j’aimerais faire ! » et puis… il est resté dans un coin de ma petite tête. »

 

Céline P. « Comment se sont passé  vos premiers castings ?   Vos premiers pas dans cette nouvelle vie ? »

Jean-Claude M. «Une fois mon book constitué, j’ai commencé à postuler sur les différents sites sur le net, j’ai écrit à différents directeur de casting… en d’autres mots,  j’ai prospecté avec les mêmes outils que j’avais acquis dans mon métier de commercial. Je me suis inscris également dans quelques agences de mannequin. Puis le téléphone a commencé à sonner. Pour ma première figuration, j’étais heureux mais avec une peur bleue… puis une autre, c’était mieux naturellement et ma première silhouette à la télé avec Jonathan Lambert « on est pas couché », une très bonne expérience. J’ai multiplié les castings pour des rôles ou pour la publicité, car à chaque fois que je sortais ou que je sors d’un casting, j’en sors toujours grandi, peu importe le résultat car j’ai adopté une politique de travail qui est :  » toujours passer le casting où j’ai donné un Rendez-vous, ne jamais trouver une excuse de ne pas le faire, juste le faire », un jour pour vous dire on m’a demandé de chanter pour une pub… eh bien je l’ai fait,  je n’ai pas été pris, mais j’étais content d’avoir passé le casting. Très vite j’ai été récompensé, ayant constitué un fichier important du monde du spectacle que je sollicite par mail, j’ai eu un entretien avec une directrice de casting pour FR3 qui m’avait apprécié pour ce casting,  mais je n’ai pas été retenu cette fois ci. Deux mois plus tard, elle me demandait de faire un autre casting pour une marque de lunette et là… bingo! Ma première Pub tv. J’étais tellement et vraiment fier de moi. Ce que je continue de faire aujourd’hui, les mêmes démarches avec un meilleur CV, de nombreuses photos dans tous les styles, les extraits  vidéo, une bande démo et un site perso www.jeanclaudematthey.com en d’autres termes, un vrai pro…(rires) .  J’ai de plus en plus de rôles (film institutionnel, film, publicité, émission TV etc.). J’ai beaucoup de chance de faire ce que je fais et en plus je croise beaucoup de gens intéressants.»

texte et photos Céline Pilati

 

 

15 Commentaires

  1. jochris13 30/11/-1 Répondre
  2. Félicitations et bravo pour cette interview qui relate exactement le contenu de mes réponses sans aucune déformation, c’est vraiment un travail d’information.
    Merci !
    Jean-Claude

  3. Merci beaucoup ! ce fut un plaisir d’effectuer cette interview .Cordialement Céline.

  4. Pivoine 30/11/-1 Répondre

    Très intéressant interview avec ce parcours atypique de M. Matthey que je ne connaissais pas . Bravo Céline

  5. Merci !

  6. Bravo pour ce bel article !

  7. Merci !

  8. Elo 30/11/-1 Répondre

    Très belle interview . On sent la passion. Cela nous apprend qu’il ne faut rien lâcher et toujours croire en ses rêves . 😉

  9. Merci ! et oui il faut toujours croire en ses rêves !

  10. Merci!

  11. Chantal 30/11/-1 Répondre

    Coucou JC oublié le nom de famille c’est Chantal MARIN ,bon dimanche à toi.

  12. Chantal 30/11/-1 Répondre

    Bravo pour cette interview ,la journaliste a su installer un climat de confiance et poser les bonnes questions car Jean-Claude se livre avec beaucoup de sincérité sur son parcours.Je le reconnais bien là.Amitiés à Jean-Claude au passage en espérant le retrouver bientôt sur un autre projet commun et bonne route à Céline.

  13. dav 30/11/-1 Répondre

    une excellinterview… où l’onente ressent une grande complicité et une confiance l’un d’estans l’autre …. les propos sont pertinents et bien amenés…. Cela donne beaucoup d’empathie à jean claude … merci céline et mes amitiés à jean claude …………..

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

css.php